Décembre 2014 /239

Liège-Reims

Nouvel accord de partenariat

Le 13 novembre, une délégation de l’ULg – emmenée par le premier vice-recteur Eric Haubruge, le vice-recteur Rudi Cloots et Frédéric Schoenaers, président de l’Institut des sciences humaines et sociales (ISHS) – a visité Reims pour signer une convention de coopération avec l’université de Reims Champagne-Ardennes. Cet accord de partenariat concerne trois domaines de recherche : les risques et changements environnementaux, les biotechnologies “blanches”, l’oenologie.

LiegeReimsLe premier domaine cité constitue à l’heure actuelle le volet le plus abouti. L’ISHS-Centre d’études de l’ethnicité et des migrations (Cedem), en la personne de François Gemenne, chercheur qualifié au FNRS, et le laboratoire “Habiter” de Reims ont déjà noué des contacts pour créer ensemble (grâce à un financement d’EDF) une chaire en “Développement durable – risques et changements environnementaux” qui sera portée sur les fonts baptismaux en janvier 2015. Celle structure commune facilitera les thèses en cotutelle, les échanges de professeurs et d’étudiants, l’organisation de séminaires conjoints, etc.

En matière de recherche, le sujet est indubitablement “porteur” : du tsunami dévastateur de décembre 2004 à l’accident nucléaire de Fukushima en mars 2011, entre autres, les grandes catastrophes ont mis en lumière les répercussions négatives sur tous les secteurs de la société et de l’économie et, en conséquence, sur la nécessité de mieux gérer les déplacements de populations liés à ces catastrophes et d’élaborer une gouvernance mondiale du risque environnemental.

Par ailleurs, les conséquences de la crise environnementale ont fait apparaître de nouveaux risques tels que la compétition pour des ressources de plus en plus rares ou les migrations humaines, etc. « Dans ce contexte international, notre ambition est de faire de cette chaire un interlocuteur incontournable en matière de risques environnementaux et des changements qu’ils induiront, expose François Gemenne. Notre expertise repose à la fois sur les sciences sociales et les sciences de l’environnement, ce qui nous permet d’identifier les nouveaux risques tout en extrapolant leurs impacts sociaux et économiques, comme les déplacements de populations par exemple. »

Grâce à ce nouveau dispositif, quatre chercheurs – deux post-doctorants et deux doctorants – renforceront l’équipe des huit personnes qui, au sein du Cedem, travaillent sur les mouvements de populations liés aux environnementaux. « Nous voulons apporter notre contribution à l’agenda politique, reprend François Gemenne, car l’année 2015 sera émaillée de grands rendez-vous sur les thèmes-clefs de la Chaire : mi-mars aura lieu la conférence mondiale sur la réduction des risques de catastrophes; en septembre seront adoptés par les Nations Unies les “Objectifs du millénaire pour le développement“ et, en décembre, le Sommet sur le climat, à Paris. »

Le 19 décembre prochain, le recteur Albert Corhay se rendra à Reims pour tracer les grandes lignes de ce partenariat stratégique. Gageons qu’il fêtera dignement cette première synergie avec son homologue français.

Pa.J.
Imprimer | printer PDF | printer Envoi par Courriel |
|
Egalement dans le n°269
Éric Tamigneaux vient de recevoir le prix ACFAS Denise-Barbeau
D'un slogan à l'autre
Résultats de l'enquête auprès de "primo-arrivants" en faculté des Sciences
21 questions que se posent les Belges
Le nouveau programme fait la part belle à l’histoire de la cité
Panorama des jobs d'étudiants