Janvier 2016 /250

Histoire de Liège

Il y a 700 ans, la paix de Fexhe

L’histoire du pays de Liège, on le sait, ne fut pas avare de turbulences. Au début du XIVe siècle, tout particulièrement, qui vit l’affrontement sanglant des Awans et des Waroux, une guerre de vendetta familiale qui décima une bonne part de la chevalerie de la principauté. Avec le Mal-Saint-Martin aussi, “malheur” au cours duquel, dans la nuit du 3 au 4 août 1312, les “grands” ayant voulu écarter les “petits” du pouvoir firent les frais de la colère populaire, appuyée par la soixantaine de chanoines du chapitre cathédral : l’incendie de la majestueuse tour de la collégiale du Publémont emporta bon nombre des nobles et leurs alliés.

GUERRES ET PAIX

PaixDeFexheCet événement, haut fait des luttes sociales liégeoises du Moyen Âge, s’était déroulé durant la vacance du siège épiscopal. Le prince-évêque Thibaut de Bar, parti en Italie avec le roi de Germanie Henri VII appelé à recevoir la couronne impériale dans la Ville éternelle, y succomba en mai 1312 au cours d’une déplorable rixe de rue. Plus d’un an plus tard, le 26 décembre 1313, monte sur le trône de la Cité Adolphe de la Marck. C’est un souverain persuadé que l’autorité ne se partage pas. A fortiori avec les gens du peuple.

Photo : “Le prince-évêque Adolphe de la Marck obligé d’accorder aux Liégeois la Paix de Fexhe (1316)”, Émile Delperée en 1890 (peinture murale située à l’intérieur du Palais provincial de Liège)

« Or, dans une large mesure, le pays entend s’opposer à ces velléités absolutistes, bien dans l’air du temps cependant », fait remarquer Alexis Wilkin, professeur d’histoire du Moyen Âge à l’ULB et maître de conférences à l’ULg. À cette tension politique s’ajouta, comme si les dégâts causés par les guerres privées ne suffisaient pas, l’effroyable famine de 1315-1316. « Elle poussera les différents belligérants à conclure une paix : ce sera la Paix de Fexhe du 18 juin 1316, document qui fera couler beaucoup d’encre depuis cette date », poursuit le Pr Wilkin.

La paix est conclue par le prince-évêque, les chanoines, les représentants des bonnes villes et les grands chevaliers dans une bourgade rurale de la Hesbaye liégeoise, situé à l’ouest de la capitale du pays : Fexhe-le-Haut-Clocher. « Il s’agit du nom actuel de l’entité communale, fait remarquer Alexis Wilkin. Sous l’Ancien régime, le village s’appelait “Fexhe-le-Voué”, domaine appartenant à l’avoué de l’Église de Liège, l’avoué étant chargé de la protection militaire d’une propriété ecclésiastique. Il faut savoir que, tout au long de la période féodale et jusqu’à la Révolution, la campagne hesbignonne – tant flamande que wallonne – regorgeait de possessions aux mains de clercs. »

Que contient cette “paix des braves” à la sauce principautaire ? Essentiellement trois points, exposés avec force détails par Alexis Wilkin et repris ci-après en substance. Primo, les personnes, aussi bien nobles que roturières, doivent être jugées selon le droit existant, et les officiers épiscopaux sont tenus de se conformer à ses dispositions, ce qui engage l’évêque à poursuivre ceux qui auraient enfreint sciemment les dispositions légales et à les conduire à résipiscence en cas de besoin. Secundo, si l’évêque se montre récalcitrant à intervenir auprès de ses officiers pris en défaut et ne les oblige pas à s’amender, le chapitre des chanoines suspend l’exercice de la justice dans la principauté jusqu’à ce que l’évêque soit revenu à de meilleurs sentiments. Tertio, la loi ne peut pas être modifiée sans l’accord de tous les corps constitués du pays (chapitre cathédral, noblesse, villes, prince), répondant à l’expression “Sens du pays”. Est-il besoin de signaler qu’il y a là une préfiguration des trois États de l’Ancien Régime : hommes de prière, hommes de guerre, travailleurs ?

LIBERTÉS DÉMOCRATIQUES

Pas étonnant, dès lors, que cette Paix de Fexhe fut souvent considérée par la suite comme étant “le point de départ de la Constitution du pays de Liège”, d’autant qu’elle fut complétée quelques décennies plus tard par la création en 1373 du Tribunal des vingt-deux. Cette juridiction, composée elle aussi des chanoines, des chevaliers et des bourgeois, était appelée à juger les exactions ou manquements des officiers épiscopaux. « C’est notamment autour de cette institution que vont se cristalliser les oppositions, constate le Pr Wilkin. Le texte de 1316 fut mal vu par les princes-évêques, par Adolphe de La Marck d’abord, puis par son successeur Englebert de La Marck. Et les suivants auront tendance à le mettre sous le boisseau, si du moins ils étaient assez velléitaires et en mesure de le faire. »

Mais, charriant un idéal de liberté, il va connaître une grande destinée symbolique. Au XVIIe siècle notamment, au moment des rivalités entre Grignoux et Chiroux. À la fin du XVIIIe aussi, quand émergent – à la suite de l’affaire des jeux de Spa – les prodromes de la Révolution de 1789 : les Liégeois favorables au retour des anciennes libertés démocratiques arborent alors un insigne de cuivre gravé et doré où figure la mention “Paix de Fexhe 1316”. Et jusqu’aujourd’hui, puisque l’ULg et la province de Liège se préparent à commémorer avec éclat l’écrit signé il y a 700 ans en terre liégeoise.

« Plusieurs manifestations cette année sont prévues à cette occasion, annonce Alexis Wilkin. La commune de Fexhe assurera la commémoration de l’événement au jour anniversaire ; les autorités provinciales veulent mettre cette commémoration en rapport avec l’éducation à la citoyenneté et organisent un colloque scientifique coordonné par Christophe Masson. Le ministre Jean-Claude Marcourt soutient un projet du Pôle Image de Liège, soit la production d’un court documentaire sur cet événement et sa répercussion dont j’assure la coréalisation avec les Films du Carré et Michel Grétry, journaliste à la RTBF, la voix. »

Quand on vous disait que la Paix de Fexhe était chère au coeur des Liégeoises et Liégeois. Et de quiconque est épris de liberté...

Henri Deleersnijder
Photos : Service communication de la province de Liège.
Sur le même sujet :
Imprimer | printer PDF | printer Envoi par Courriel |
|
Egalement dans le n°269
Éric Tamigneaux vient de recevoir le prix ACFAS Denise-Barbeau
D'un slogan à l'autre
Résultats de l'enquête auprès de "primo-arrivants" en faculté des Sciences
21 questions que se posent les Belges
Le nouveau programme fait la part belle à l’histoire de la cité
Panorama des jobs d'étudiants