Mars 2017 /262

Registres d’anatomie

Deux catalogues de matériel du cabinet d’anatomie sont conservés au CHST

Datés pour l’un de 1837 et pour l’autre de 1854, deux catalogues de matériel du cabinet d’anatomie de l’université de Liège sont conservés au Centre d’histoire des sciences et des techniques (CHST).

RegistreAnatomie« Ces registres contiennent des inventaires de matériel conservé par l’Institut d’anatomie au milieu du XIXe siècle, détaille Geneviève Xhayet, directrice du CHST. Instruments, matériel organique didactique (organes préparés et ossements humains principalement), moulages en plâtre, modèles en carton pierre du Dr Louis Auzoux [ndlr : médecin de la fin du XIXe siècle, créateur de modèles anatomiques], toutes ces données témoignent de la pratique de la médecine et de la formation des étudiants. » Au-delà de leur intérêt pour l’histoire de l’enseignement de l’anatomie, ces répertoires témoignent du rapport que le XIXe siècle a entretenu avec le corps et les restes humains. Ils évoquent notamment la notion de “race”, telle que l’époque la définissait.

« Ainsi, on peut lire, dans ces registres, des mentions de “crânes d’un hollandais”, “d’un nègre”, “d’un idiot” ou d’un guillotiné, celle d’un squelette naturel d’enfant, ou encore celle d’une caisse d’os détachés de fœtus, etc. », pousuit la chercheuse.

Étonnamment pour nous, le registre de 1854 distingue les crânes indigènes des “crânes de races étrangères et de criminels”. « C’est une référence implicite à la craniométrie qui apparaît à la fin du XVIIIe siècle, observe Geneviève Xhayet. Laquelle pense pouvoir déterminer le niveau d’intelligence d’un individu ou sa propension à la délinquance, d’après la forme et la mesure de son crâne. » Très en vogue dans la société du XIXe siècle, la craniométrie fournit un pseudo-fondement au racisme en désignant des races supérieures ou inférieures par leurs capacités cognitives. De même, cette “méthode” a pu définir une plus ou moins grande prédisposition de certaines personnes à l’action criminelle.

Les registres sont parfois étonamment précis : les crânes de criminels exécutés sont dûment identifiés et le motif de leur condamnation à la peine capitale parfois précisé. Parmi les noms apparaissent ceux de Géna (orthographié Jéna), de Theis (orthographié These), dit Magonet(te). Tous deux sont restés dans la mémoire populaire comme des bandits de grand chemin, ayant sévi en Ardenne à l’époque napoléonienne, guillotinés à Liège le 4 juin 1821.

200 bizarreries

Ces deux registres manuscrits feront partie de la prochaine exposition “Du poil de mammouth à l’œil du cyclope” (200 bizarreries scientifiques universitaires) qui se tiendra à partir du 16 juin à l’Institut de zoologie, quai Van Beneden, 4020 Liège.

Pa.J.
Imprimer | printer PDF | printer Envoi par Courriel |
|
Egalement dans le n°267
Le 9 novembre, une rencontre Liège Creative y sera consacrée
Du 25 au 27 octobre, colloque "Art et science : regards croisés"
Mi-novembre, 8 étudiants de l'ULiège partiront en Chine
Du 24 au 28 octobre, le festival littéraire international Mixed Zone revient
Actualité
Actu

Un dossier du numéro d'automne de Voix Solidaires, le magazine d’UniverSud, sur les politiques, nationales, européenne et universitaire, dans ce domaine.